Réussir son tournage de road movie 2


Le road movie

Le road movie

Le soleil se couche sur la plaine, il est temps de tourner le dernier plan du film, un plan large. L’ingénieur du son écoute attentivement l’ambiance du plateau, on met la caméra en marche, le silence s’installe, on lance l’action. La voiture démarre, traverse la campagne puis finit par disparaître à l’horizon. On coupe l’enregistrement, le réalisateur se tourne vers son équipe technique, tout est bon, c’est dans la boîte, le tournage est terminé. Voilà à quoi pourrait ressembler le dernier plan de votre road movie.

Cependant ce type de projets ne peut pas se faire à la légère, il est important d’être bien préparé avant de se lancer à corps perdu dans un tournage qui pourrait très vite devenir compliqué si ses bases ne sont pas solides. Dans cet article je vous propose plusieurs conseils pour réussir votre road movie, nous aborderons dans un premier temps la préparation du tournage, puis nous verrons comment faire en sorte que le travail sur le plateau soit efficace. Il faut toujours garder en tête que lorsqu’on tourne un film au milieu de nulle part, le moindre imprévu peut remettre en cause toute la production de votre film.

La pré-production

Étape primordiale de la réalisation d’un film, la pré-production permet d‘anticiper au mieux les situations qui seront vécues sur le tournage, sans pour autant être pris de court par le plan de travail. Une bonne préparation de tournage garantit la plupart du temps un tournage réussit, il est donc indispensable d’être très méticuleux lors de cette étape de la production de votre film, qu’il s’agisse d’un road movie ou non.

Définir les besoins du film

Chaque film représente des enjeux différents, il est évident qu’un huis-clos ne se tournera pas de la même façon qu’un film de guerre, c’est pourquoi il est important de très vite comprendre les besoins de votre film. Pour se faire il faut se baser sur l’histoire que vous souhaitez raconter, qui sont les personnages ? Combien de décors y a-t-il ? Intérieurs ou extérieurs ? À quelle époque de l’année se déroule l’histoire ? etc.

Une fois que vous avez recensé ces informations, l’idéal est de les regrouper dans un document qui vous permettra d’avoir une vision d’ensemble des besoins de votre film. C’est évidemment une ébauche, mais ce document vous permettra d’avoir une première idée du temps de tournage requis pour chaque séquence, ainsi qu’une vision plus claire de la variété de décors et d’ambiances présents dans votre film. Vous trouverez ci-dessous un exemple de document qui regroupe toutes ces informations.

Répartition-décors---séquences---ambiances

Répartition décors – séquences – ambiances (cliquez pour agrandir)

Faire des choix techniques

Une fois que vous voyez avec  un peu plus de clarté les besoins de votre film, il est temps de prendre des décisions qui auront un impact sur tout le reste de votre production : les choix techniques. La question que vous devez vous poser est la suivante : « Jusqu’à quel point puis-je être autonome sur mon tournage ? » autrement dit que pouvez-vous vous permettre de faire sur votre film tout en respectant les contraintes d’un road movie tel que le budget, la mobilité ou encore la prise de son dans une voiture ? Dans les road movies, le nerf de la guerre c’est l’énergie, comment recharger les batteries de la caméra, les moniteurs ? Comment alimenter les lumières sur le plateau et comment faire lorsqu’il n’y a pas de prise de courant ?

Lien sponsorisé

Prenons un exemple, vous racontez l’histoire d’une femme qui traverse la France en voiture pour rejoindre son amour de jeunesse. Sur le chemin elle prend en auto-stop un jeune homme qui finira par l’accompagner tout au long de son périple. Pour tourner ce film, plusieurs questions vont se poser, quelle configuration de caméra prendre ? Faut-il utiliser des projecteurs ou bien composer avec la lumière naturelle ?

Pour l’image il vous faudrait quelques chose de léger et de facilement maniable, pourquoi pas un DSLR avec un kit épaule ? C’est rapide à monter et très léger. D’un autre côté une camera RED pourrait aussi bien faire l’affaire, les accessoires sont plus lourds mais la qualité d’image est meilleure, alors comment choisir ? Même question pour la lumière, il est certain que des projecteurs permettraient d’offrir une photo plus travaillée, mais il faut trouver un moyen de les alimenter, ce qui implique par exemple la location d’un groupe électrogène, lourd et bruyant (au grand dam du chef opérateur son).

C’est en général votre budget qui répondra à ces questions, si votre financement est un peu conséquent il vous sera possible de tourner votre film sur une période un peu plus grande, quitte à ce que le montage du plateau et la préparation des plans durent un peu plus longtemps. À l’inverse si votre budget est limité, il faudra vous débrouiller avec le minimum de matériel, trouver des solutions pour équiper votre caméra et tourner en lumière naturelle, l’important étant de faire vos choix techniques d’une part en fonction de votre histoire (cela doit toujours rester le centre de votre attention, servir l’histoire) et d’autre part en fonction de votre budget.

Vérifier le matériel loué, deux fois

Si vous faite appel à un magasin de location, assurez-vous de vérifier le matériel plutôt deux fois qu’une. Il m’est arrivé sur un road movie de donner une liste à un régisseur qui est allé chercher une grue chez un loueur. La liste a été vérifiée et validée, or lorsque le matériel est arrivé sur le plateau, à 100km du magasin de location, il manquait une pièce à la grue, rendant impossible la réalisation du plan.

Dans ce genre de situation le plan de travail et le découpage technique doivent être adaptés à cet imprévu. Organisez-vous au mieux sur le plateau pour produire un plan de rechange et ne pas partir avec rien. Vous pourrez après le tournage aller voir le loueur et exiger un remboursement pour ce défaut de location.

Pendant le tournage

C’est à ce moment que tout se cristallise, c’est là que tout ce que vous n’aviez pas anticipé se passe et que tout ce que vous aviez prévu ne se produit pas. Le tournage est en effet une période particulièrement tendue de la production d’un film, il est important que chacun sur le plateau sache exactement ce qu’il a à faire, comédiens comme techniciens. Voici donc quelques pistes pour que votre tournage se passe comme un charme le jour venu.

Tournage en pleine nature

Tournage en pleine nature

Adapter le plan de travail à la météo

Avant de partir le matin et plusieurs fois par jour, vérifiez que la météo ne vous fera pas faux bond. Si on peut s’en sortir avec une petite bruine imprévue, le moindre changement climatique peut avoir des conséquences désastreuses sur votre tournage. Prévoyez des plans de secours sur lesquels vous pourrez vous rabattre en cas de météo capricieuse. Je vous conseil de consulter la météo agricole ou la météo des tours de contrôle, ce sont de loin les plus fiables.

Trouver une prise de courant

À moins de filmer au beau milieu du Sahara, il est très rare de ne pas avoir au moins un village dans les alentours. Arrangez-vous pour trouver pendant les repérages un commerce non loin de votre lieu de tournage, un bar, un restaurant ou une boulangerie où il vous sera possible de recharger les différentes batterie nécessaires à la réalisation de votre film. Proposez au propriétaire du commerce de mettre son nom dans le générique, et si la personne est un peu réticente offrez-lui un petit défraiement, c’est une dépense que vous ne regretterez pas.

Pendant le tournage arrangez-vous pour qu’un régisseur fasse les allez et retours entre le plateau et ce commerce pour recharger les batteries, ce sera aussi l’occasion d’avoir une personne en ville si il y a besoin de faire un achat imprévu. Les régisseurs peuvent éventuellement y aller à tour de rôle, cependant il vaut mieux qu’un seul régisseur créé une relation de confiance avec la personne dont vous sollicitez la prise de courant, ce sera mieux que de voir passer cinq visages différents dans la même journée.

Toujours avoir un plan B

De manière générale je vous recommande de toujours avoir au moins une solution de rechange, ayez une voiture de secours pour le transport de personne et en cas d’imprévu ou de panne, ayez plusieurs chargeurs de batteries et répartissez-les dans différents véhicules, on ne sait jamais.

Essayez toujours de vous organiser de sorte que si l’un des véhicules tombe en panne vous puissiez rapidement le décharger et emporter ce qu’il contient dans une autre voiture, afin que le tournage puisse continuer. Il vaut mieux avoir un régisseur en moins parce qu’il attend une dépanneuse plutôt que tout un plateau paralysé par l’absence d’une véhicule.

Prévoir une bâche pour la matériel

Les road movies se caractérisent souvent par des tournages en pleine nature, il est donc recommandé de poser tout le matériel sur une ou plusieurs bâche dont la moitié pourra recouvrir le matériel exposé en cas de météo changeante (vous voyez on y revient toujours). L’autre avantage c’est que votre matériel ne sera pas posé à même le sol, si une vis ou un petit élément tombe au sol, il sera bien plus facile de le retrouver sur une bâche en plastique plutôt que dans l’herbe ou dans un sous bois.

Conclusion

Le road movie est un film complexe à réaliser principalement du fait que les décors sont en pleine nature et qu’on est immédiatement tributaire des éléments (il n’y a pas que la pluie, il y a aussi le vent, les nuages qui passent devant le soleil et changent la lumière du tout au tout, etc.).

Il est donc très important de se préparer au mieux, ayez des solutions de secours en cas de besoin et désamorcez autant que possible les tensions qui s’installeraient sur le plateau, car si un conflit éclate vous ne pourrez pas décrocher votre téléphone pour faire venir un technicien en renfort, au mieux ce sera une journée de perdue, au pire c’est tout le projet qui sera compromis.

Je vous assure que le jeu en vaut la chandelle, car si vous parvenez à anticiper au maximum tous ces imprévus, vous vivrez un de ces tournages qui soudent les équipes, scellent des amitiés et offrent des films hauts en couleur. Une fois les galères passées, ces souvenirs de tournage feront sans doute partie de vos meilleurs souvenirs de cinéma.


Laisser un commentaire

2 commentaires sur “Réussir son tournage de road movie