Les sept péchés capitaux du métier de maquilleuse 1


CoverWebFormat

François Telombre de Challier pour child-art.book.fr

Le métier de maquilleur/se est complexe, il est long à apprendre, il est dur d’y percer, il est semé d’embûches et surtout rempli de joies et de déceptions. Pour réussir dans cette branche il vous faudra devenir grand pécheur avant de devenir un/e vertueuse praticien/ne. Voici la liste des sept péchés qu’il vous faudra pratiquer pour accéder à la consécration.

1) La technique

Savoir maquiller, même quand on sait se maquiller ne s’apprend pas d’un coup de baguette magique, la première étape est de choisir une bonne école. Là-dessus il y a des forums avec des avis qui circulent, et il est clair que selon les écoles ce seront des spécialités différentes qui seront approfondies (pour Make Up Forever ce sera le body-painting, pour Flavia Palmeira la mode, pour Le Conservatoire du Maquillage la prothèse, etc…), le mieux étant d’en visiter plusieurs pour se faire sa propre idée, selon ce qu’on recherche.

Une fois l’école en cours, il est toujours bon d’échanger méthodes et conseils avec d’autres maquilleurs/ses, regarder des vidéos sur les sujets que vous aurez à travailler et surtout s’entraîner…

2) Le dynamisme

Une fois votre diplôme en poche impossible de se reposer sur celui-ci, il n’est qu’une preuve de vos études.

Ce qu’il faut, c’est être très motivé et dynamique, dites-vous que rien qu’à Paris, environ 300 maquilleurs et maquilleuses obtiennent leur diplôme chaque année, alors même une fois sortie des cours continuez à pratiquer, quitte à accepter des petits projets, ou des collaborations au début le temps de vous faire la main (sachant que qui dit collaboration ne dit pas offrir son matériel, vous avez tout à fait raison si vous demandez un défraiement), créez-vous des contacts (le fameux réseau) et restez toujours à l’affût des propositions de projets…

3) La patience

C’est fort dommage mais NON, vous n’allez pas devenir la maquilleuse ou le maquilleur le plus en vogue de la planète en un an ou deux ! Quand vous pouvez vivre correctement de votre métier, le plus dur est fait, rencontrer les personnes influentes ou être pris sur les gros projets qui seront dans les deux cas les pivots de vos carrières, tout cela viendra avec le temps. Car le temps il en faut pour tout, pour créer son réseau, pour faire ses preuves techniquement et aussi (ne nous mentons pas, cela joue) humainement.

Soyez patients, essayez toujours de progresser, et ne lâchez rien, un bon travailleur obtiendra toujours le fruit de son labeur…

4) La diversité

En école vous allez pratiquer plusieurs types de maquillage : beauté, mode, body-painting, prothèse, etc… La coiffure devient également de plus en plus un atout dans le métier de maquilleur. Alors n’hésitez-pas à cultiver ces diverses connaissances, la polyvalence est souvent une aide précieuse dans ce métier…

N’hésitez pas aussi à demander à faire des stages si vous souhaitez approfondir des connaissances avec des personnes dont c’est le métier à part entière, car même si vous n’êtes pas payé durant ce temps-là, ce sera un enseignement précieux que vous aurez gagné, et il vous servira plus tard…

5) Le sourire

Soyons francs, dans le métier de l’audiovisuel, du spectacle et de la mode, l’ego est un vice très répandu ! Et il y a aussi le cas des personnes qui essayeront de vous faire travailler à l’œil… Alors apprenez très vite à vous évaluer, à savoir ce que vous valez, à faire des compromis mais sans vous rabaisser, à ne pas être démoralisé/e chaque fois que vous tomberez sur une personne qui se montre odieuse ou agressive

Et bien sûr si vous avez fait une bêtise, ou si vous avez été un peu gourmand/e sur les conditions, n’hésitez pas à l’admettre, l’intensité du litige dépendra bien sûr de la faute commise, mais n’oubliez-pas que l’erreur est humaine et que faute avouée est à moitié pardonnée…

6) L’éthique

En un mot soyez honnêtes et limpides tant sur le regard que vous portez sur vous-même, que sur celui que vous portez sur les autres. Oui vous valez quelque chose mais ou les autres aussi valent quelque chose…

Si vous faites votre boulot sans rien d’autre que la passion de votre activité, en sachant que vous pourrez avoir des ratés parfois, et des réussites souvent, que vous pourrez avoir des bonnes et des mauvaises surprises de la part des gens avec qui vous travaillerez mais que vous savez prendre du recul sur les moments négatifs pour ne garder que le positif, vous évoluerez vite et bien…

7) Le panache

Le péché le plus dur à atteindre ! Le panache, c’est tout simplement de faire son petit bonhomme de chemin, en ne laissant pas aux autres la satisfaction d’être celui ou celle qui vous mettra au tapis, cherchez les projets, amusez-vous mais soyez toujours pros, et quand quelqu’un vous met des bâtons dans les roues, que cela vous donne la force de contacter de nouvelles personnes et ouvrir de nouvelles perspectives ailleurs… En deux mots sachez rebondir et avancer… Car oui on rencontre parfois des personnes imbuvables dans ce métier, mais oui on y fait aussi beaucoup de belles rencontres !

Maintenant que vous avez les armes en main, bonne chance et bonne réussite dans ce métier qui est ne l’oublions pas, un des meilleurs de la création !

Post-scriptum

Je vous invite à découvrir mon travail au travers sur les liens suivants :

– http://www.child-art.book.fr (Book de maquillage et coiffure)

– http://www.luna-crea.book.fr (Costumes, accessoires, décors)


Laisser un commentaire

Commentaire sur “Les sept péchés capitaux du métier de maquilleuse