La règle des 180 degrés au cinéma 6


180 degrees rule Header

Et voilà, vous y êtes ! Votre scénario a été relu 134 fois, vous dormez avec vos personnages depuis 8 mois et vous ne rêvez plus que d’une seule chose : tourner votre film. Cependant, avant de vous lancer tête baissée dans l’aventure (et de perdre ainsi toute vie sociale), il peut être bon de connaître certaines règles de base à la réalisation de films.

Parmi ces quelques notions, la règle des 180 degrés est sans doute la plus importante, car elle permet de bien placer sa caméra sur un plateau de tournage. En l’appliquant correctement, vous serez capable de produire des plans cohérents les uns avec les autres, et ça vous évitera même de vous arracher les cheveux pendant le montage.

Cette règle des 180° est particulièrement utile lorsqu’il s’agit de filmer des dialogues (ou séquences dialoguées), mais c’est une notion qu’il faut avoir en tête à chaque fois que l’on construit un plan.

Que dit la règle ?

Lorsque l’on filme, il ne faut jamais franchir la ligne de regard entre deux personnages, afin de conserver la cohérence spatiale entre les plans.

C’est bien beau tout ça, mais qu’est-ce que ça veut dire ?

Prenons par exemple un dialogue mettant en scène deux personnages assis face à face à une table. Nos deux acteurs ne se déplacent pas, c’est donc une scène simple à filmer.

Basic-dialogue

Une scène de dialogue simple

Lorsqu’ils dialoguent, nos deux personnages se regardent dans les yeux (du moins si ils sont polis). Cet échange de regards permet de dessiner une ligne imaginaire entre les acteurs, c’est cette ligne virtuelle que l’on appelle ligne de regard.

Le regard est la notion clé de la règle des 180 degrés, et cette ligne se déplace en fonction des mouvements des personnages. Si par exemple un acteur se lève subitement, fait quelques pas dans la pièce et se retourne pour insulter l’autre personnage, il y aura une nouvelle ligne de regard qui se dessinera entre ce comédien et celui qui est resté assis.

Ligne de regard

La ligne de regard entre les personnages

Et cette histoire de 180 degrés ?

Imaginez un cercle virtuel autour de nos personnages, disons que le centre de ce cercle se trouve au milieu de la table, vous l’avez ? Bien. Maintenant coupez ce cercle avec la ligne de regard : vous obtenez ainsi deux demi-cercles de 180°.

Cette règle veut donc que vous posiez votre (vos) caméra(s) à l’intérieur du demi-cercle de votre choix. Ainsi lorsque vous filmez un dialogue, vous n’êtes toujours que d’un seul côté de la ligne de regard, ce qui a pour conséquence de conserver une cohérence spatiale, quelque soit la position de la caméra dans ce demi-cercle.

Zone de position de caméra

Zone de position de la caméra

Pour bien illustrer ces notions, nous allons poser trois caméras dans notre décor (notez qu’il peut s’agir de la même caméra que vous déplacez à chaque fois que vous changez de plan). Notre premier cadre montrera nos deux personnages dans un plan d’ensemble (également appelé master), puis nous filmerons chaque personnage séparément afin de voir tour à tour leurs répliques et leurs réactions.

Position caméras

Position des caméras

Plan 1 : le master

La fonction de ce plan est de situer la scène et son espace immédiatement. Grâce au master, on voit d’un seul coup d’œil où sont placés les personnages les uns par rapport aux autres, cela permet au réalisateur de dire au spectateur « voilà comment se passe cette scène ».

Master dialogue

« La Courte Échelle » par Aurélien Kouby. Chef opérateur : Vincent Tartar.
© Aurélien Kouby, tous droits réservés.

Plan 2 : le champs

Le champs montre l’un des personnage, traditionnellement le premier qui s’exprime, s’adressant au second acteur. Ce personnage peut être montré seul à l’image, ou bien avec son interlocuteur en amorce, c’est-à-dire que l’on verra l’épaule ou le bras du personnage auquel s’adresse notre acteur. Dans l’image ci-dessous, notre personnage est situé à gauche de l’image et regarde vers la droite du cadre.

Champs

« La Courte Échelle » par Aurélien Kouby. Chef opérateur : Vincent Tartar.
© Aurélien Kouby, tous droits réservés.

Plan 3 : le contrechamps

Comme son nom l’indique, le contrechamps fait face au champs, il montre le second personnage qui s’exprime à son tour et s’adresse au premier acteur. On constate que l’actrice est cette fois située à droite de l’image et qu’elle regarde vers la gauche du cadre.

Contrechamps

« La Courte Échelle » par Aurélien Kouby. Chef opérateur : Vincent Tartar.
© Aurélien Kouby, tous droits réservés.

Cohérence spatiale

En opposant ces plans, on constate que les personnages semblent naturellement se faire face, car chacun regarde dans la direction de son partenaire. Cet effet est rendu possible grâce à la règle des 180 degrés qui nous a indiqué où poser la caméra.

ChampsConrechampsGOOD

Ici les plans sont cohérents, la ligne de regard n’a pas été franchie.
© Aurélien Kouby, tous droits réservés.

Si au contraire on franchit la ligne de regard pour filmer le dialogue, nous obtenons des plans montrant les deux personnages regardant dans la même direction, ce qui a pour effet immédiat de perdre le spectateur en lui empêchant de bien visualiser l’espace dans lequel se déroule la scène.

ChampsConrechampsBAD

Ici la ligne de regard a été franchie, la sensation de face à face a disparue.
© Aurélien Kouby, tous droits réservés.

Conclusion

La règle des 180 degrés permet de donner de la cohérence entre les plans que vous filmez. Elle s’applique aussi bien aux dialogues simples, comme celui présenté dans cet article, qu’aux dialogues plus complexes où les personnages peuvent se déplacer ou être plus nombreux.

Pour ne pas vous faire piéger lorsque vous filmez, gardez en tête que tout changement d’espace doit être montré au spectateur, les masters sont un bon moyen d’y parvenir, car si le spectateur voit la scène évoluer, les changements d’axes de regards ne le dérangeront pas, puisqu’il n’aura rien manqué de l’action en cours.


Laisser un commentaire

6 commentaires sur “La règle des 180 degrés au cinéma

    • Vincent Tartar
      Vincent Tartar Auteur du billet

      Bonjour Romain,

      Tout va dépendre de ton dialogue, si deux personnages font face à un troisième, tu peux considérer que la ligne de regard se dessine entre les deux personnages d’un côté, et le troisième personnage de l’autre.

      Dans ce genre de situation tu peux faire un champs sur le personnage tout seul, et faire par exemple un contrechamps sur les deux personnages qui lui parlent.

      L’important c’est que le spectateur comprenne l’espace, l’idéal serait donc de commencer par un master (plan large) des trois personnages qui discutent, puis des champs / contrechamps sur chacun des acteurs, et éventuellement un plan sur les deux personnage ensemble qui parlent au troisième .

      Après si il y a du mouvement, on peut créer une nouvelle ligne de regard à chaque fois qu’un personnage adresse la parole à un autre. Un conseil : lorsqu’il faut filmer des dialogues, le master est ta meilleure arme pour bien situer l’espace au spectateur, c’est une sécurité qui t’aidera ensuite lors de ton montage.

      Bonne journée 🙂

  • S@

    Es que le master peut dépasser la ligne des 180
    C’est à dire peut on mettre la caméra qui fais le master dans l’axe opposé des deux caméras qui font le champs contre champs merci