Comprendre la feuille de scripte 8


Feuille de scripte

Quand on parle de réaliser un film, il y a certaines professions que tout le monde connait. On voit très bien ce qu’est un acteur, on sait à peu près à quoi sert un réalisateur et même si on ne sait pas vraiment ce que fait un ingénieur du son, on se doute bien que ses micros lui servent à quelque chose et qu’ils ne sont pas là uniquement pour décorer.

Cependant il existe d’autres professions moins connues, des jobs un peu flous dont on ne comprend pas vraiment la fonction. Est-ce que le premier assistant est là pour préparer le café du réalisateur ? Le chef-opérateur est-il autre chose qu’un chirurgien cinéphile ? Et la scripte dans tout ça, qu’est ce qu’elle écrit sur ces feuilles pendant le tournage ? Vous aussi vous vous posez la question ? Voyons ensemble ce qui se cache derrière cette mystérieuse profession.

Scripte, un métier indispensable

Chaque métier compte quand on fait un film, qu’il s’agisse des chefs de postes ou des stagiaires, tout le monde a sa place. Parmi ces professions on trouve la scripte, c’est elle qui va être la mémoire du tournage. Ce travail est indispensable pour assurer la bonne conception du film, c’est grâce aux multiples rapports rédigés tout au long du tournage, qu’elle permettra d’assurer la continuité narrative du film.

C’est notamment grâce à ces feuilles que le monteur sera à même de sélectionner les bonnes prises et d’écarter les éventuels ratés, c’est bien sûr un gain de temps formidable pour quiconque participe de prêt ou de loin au montage du film.

La continuité narrative

Derrière ce terme un peu complexe se trouve un concept connu de tous : le fait d’être « raccord » entre les plans. Imaginez par exemple une scène de dialogue entre deux personnages, James et Harry. On va dans un premier réaliser un plan moyen montrant nos personnages qui discutent et dans lequel James porterait des lunettes de soleil. Puis dans un second temps on fera un gros plan sur son visage pour montrer par exemple qu’il est en colère.

Pour respecter la continuité narrative, il faudra que James porte les lunettes de la même façon entre les deux plans. Par exemple s’il pleut dans le plan moyen, il faudra que les lunettes soient également mouillées dans le gros plan. Cela peut vous paraître simple comme ça, mais je vous assure que le problème se corse lorsque vous avez un personnage qui fume et que la cigarette doit se consumer correctement entre les plans, cela peut rapidement devenir très compliqué à gérer.

La scripte rédigeant son rapport - Photo par David Bakhoum

La scripte rédigeant son rapport – Photo par David Bakhoum

Ainsi, il arrive parfois que des fautes de raccords viennent se glisser dans un film, il y a donc rupture dans la continuité narrative. Alors entendons-nous, une cigarette ou un verre d’eau qui ne seraient pas raccords n’ont pas la même importance qu’un personnage qui change de chemise entre deux plans, il y a même certaines fautes de raccords qui donnent du charme à certains films, ainsi la série Retour vers le Futur de Robert Zemeckis est truffée d’erreur entre les plans, et pourtant cela ne retire rien au charme de ces films.

Ceci étant dit, dans la grande majorité des cas il vaut mieux avoir une personne qui s’occupe d’assurer la continuité narrative du film. Cette personne, armée de son chronomètre et de ses rapports, c’est la scripte.

Comprendre la feuille de scripte

Note : Dans ce chapitre je prendrai pour modèle une feuille de scripte que vous pouvez télécharger gratuitement en version PDF française et / ou anglaise. Vous pouvez l’utiliser dans vos productions, professionnelle ou amateur, pour cela cliquez simplement sur les liens ci-dessous.

La feuille de scripte (ou rapport de montage) est divisée en trois zones : l’en-tête (1) concerne toutes les informations techniques du films, on y trouve les informations concernant l’image, la caméra ou encore la séquence en cours de tournage. La zone centrale (2) contient les informations relatives à chaque prise. Enfin la partie inférieure du document (3) concernera certains éléments complémentaires tels que les dialogues, permettant ainsi au monteur de s’y retrouver plus facilement.

La Feuille de scripte

La Feuille de scripte

1 – Informations techniques

L’En-tête de cette feuille de scripte va être le premier repère du monteur, on y trouve le titre du film, le nom de la production, et beaucoup d’autres informations indispensables dont voici le détail.

Feuille-scripte-FR---Zone-1

En-tête de la feuille de scripte

Titre : Il s’agit bien sûr du titre du film, il arrive que le celui-ci soit provisoire lorsque la production ne s’est pas encore décidée.

Parfois on inscrit un nom de code plutôt que le vrai titre du film, cela peut permettre d’éviter les gens trop curieux sur un film très attendu du public (ce fut par exemple le cas pour « Da Vinci Code » de Ron Howard).

Production : On y inscrit le nom de la société de production qui chapeaute le projet, lorsqu’il y a plusieurs sociétés, on inscrit habituellement le nom de la société déléguée, c’est elle qui est détentrice des droits.

Réalisateur : Le réalisateur ou la réalisatrice du film, si c’est un duo on se contente d’inscrire les deux noms de famille.

Caméra : Si vous n’avez qu’une seule caméra pour tout votre film, cette information peut être facultative. Si en revanche vous avez plusieurs appareils pour filmer, vous pouvez soit inscrire un chiffre, soit le nom de l’appareil.

Si par exemple vous filmez simultanément la même séquence avec trois caméras, chaque feuille de scripte sera associée à une caméra précise. Si par ailleurs vous avez deux caméras différentes, vous pouvez directement inscrire le modèle de l’appareil dans cette case (par exemple RED ou GoPro).

Bobine : Cette case est elle aussi amenée à disparaître dans les années à venir, elle ne concerne que les caméras filmant avec de la pellicule, on y indique le numéro de bobine utilisée pour filmer. Cela permet de s’y retrouver une fois que le laboratoire a développé les rushs.

Si vous possédez plusieurs disques durs ou cartes mémoires, vous pouvez inscrire le numéro de votre carte ou de votre disque dur.

Objectif : Il s’agit de la focale utilisée par le chef-opérateur pour filmer le plan, il s’exprime en millimètres (mm), pour une séquence tournée avec un objectif grand angle, on écrira par exemple 24mm.

Un conseil : si vous ne savez pas où trouver cette information, demandez à l’assistant(e) caméra qui se fera une joie de vous renseigner.

Muet / Sonore : Cette information permet d’indiquer au monteur si un son a été enregistré pendant la prise, cochez simplement la case qui correspond à la situation.

Hauteur : Indiquez ici la hauteur de la caméra par rapport au sol, c’est particulièrement utile lorsque l’on filme avec une grue.

Distance : Il s’agit de la distance de la caméra d’où se trouve sujet filmé, vous pouvez indiquer cette information en mètres ou bien avec les termes « proximité », « semi-proximité » ou « éloigné ».

Décor : Indiquez le nom du lieu de tournage ou du plateau sur lequel se tourne la séquence.

Effet : Vous devez cochez deux cases sur les quatre, l’effet correspond à l’ambiance lumineuse de la séquence, si l’action se situe dans un appartement en plein jour, vous devez cocher « INT. » et « JOUR. ». Si en revanche l’action se déroule dans un parc en pleine nuit, il vous faudra cocher « EXT. » et « NUIT. », facile non ?

Date : Ceci n’est rien de plus que la date de prise de vue. Cette information est assez utile lorsque l’on tourne la même séquence sur plusieurs jours.

Seq / Plan : Cette information est primordiale, c’est également celle qui figure sur le clap. « Seq » correspond au numéro de la séquence qui est en cours de tournage. « Plan » fait référence au plan en cours de tournage.

Notez que si vous changez de valeur de plan vous devez changer de feuille de scripte, c’est peut-être le principe le plus important : chaque feuille de scripte ne concerne qu’un seul plan.

2 – Les prises

Cette partie du document va permettre à la scripte de donner des informations précises sur chacune des prises, indépendamment les unes des autres. Voici le détail des cinq colonnes qui la composent.

Feuille-scripte-FR---Zone-2

Le détail des prises

Prise : Chaque prise reçoit un numéro dans l’ordre réalisé sur le tournage, la tradition veut que la scripte entour les numéros des prises qui sont considérées comme bonnes pour le montage.

Commentaire : Cet espace est consacré aux commentaires associés à la prise, tout élément particulier doit y être consigné. Par exemple vous pouvez y inscrire « Perche dans le champs » ou « Faute de point sur le visage ». Vous pouvez également y ajouter le numéro de fichier son qui vous sera communiqué par l’ingénieur du son.

Minutage : La scripte chronomètre chaque prise, elle consigne ensuite ce minutage dans la colonne attribuée à cet effet.

Filtre(s) : Très souvent sur le tournage le chef-opérateur décide d’ajouter un filtre à sa caméra, il peut s’agir d’un filtre polarisant, d’un filtre de densité neutre (ND) ou tout autre filtre utile à la construction de l’image.

C’est donc dans cette colonne que cette information est inscrite. Comme pour la focale utilisée, demandez à un assistant caméra de vous indiquer les filtres utilisés (ils sont sympas ces assistants caméra).

Diaphragme : Également connu sous le nom « ouverture », on inscrira dans cette colonne le diaphragme de l’objectif. Cette information est généralement consignée sous la forme « F/xx », xx correspondant à l’ouverture du diaphragme.

Au-delà de l’aspect technique, un diaphragme pourra pas exemple être F/1.4 ou F/16. Sachez simplement que plus le chiffre sera bas, plus la lumière entrera dans l’objectif, et plus le plan sera lumineux.

3 – Bas de page

Ce dernier espace du document concerne les informations complémentaires concernant le plan en cours, c’est une zone dans laquelle on inscrira tous les détails que l’on n’aura pas consigné ailleurs.

Les détails complémentaires

Les détails complémentaires

Description du plan : Cette zone vous permet de décrire brièvement l’action filmée, certaines personnes y ajoutent des schémas type « plan au sol », c’est comme vous le souhaitez. (Si vous ne savez pas ce qu’est un plan au sol, vous pouvez lire l’article consacré à ce sujet : Apprenez à concevoir des plans au sol )

Dialogues : Vous pouvez indiquer ici quels dialogues précis du scénario sont filmés avec cette valeur de plan, traditionnellement on inscrit la première et la dernière réplique filmée.

Conclusion

Comme vous avez pu le constater, la feuille de scripte est un document aussi utile qu’indispensable, il permet de s’assurer de la bonne continuité narrative du film, il permet également à faire le lien entre le tournage et le montage, lequel se déroule souvent pendant plusieurs mois après la fin des prises de vues.

N’hésitez pas à laisser vos commentaires et à télécharger ces feuilles de scriptes afin de les utiliser dans vos propres projets. À bientôt, et merci d’avoir pris le temps de lire cet article !


Laisser un commentaire

8 commentaires sur “Comprendre la feuille de scripte